homeFrenchGermanItalian
Recherche 
Témoignage de Thikra Mohammed Nader
May 3rd, 2007

Témoignage bouleversant d’une journaliste irakienne réfugiée en Suisse.

A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse , Reporters sans frontières-Suisse a présenté le témoignage de Thikra Mohammed Nader, journaliste irakienne récemment réfugiée en Suisse, lors de deux conférences de presse, à Genève et à Zurich.

thikraweb_400

Lorsque Thikra Mohammed Nader prend la parole, on repère immédiatement la journaliste. Son récit commence par une image de sa ville déchirée, dévastée : « En ce matin clair et calme, je pense à ma ville Bagdad, où l'on se réveille au bruit des bombes et où la couleur de nos rues est rouge et notre brouillard est de la fumée. Nos rues sont jonchées des corps d'hommes, de femmes et d’enfants sans identité. » Le décor et le ton sont donnés, la journaliste imprègne son public venu pour la conférence de presse de l’émotion intense de son histoire.

Chaque 3 mai est l’occasion de rappeler la liste trop longue des consoeurs et confrères journalistes tués ou emprisonnés dans l’exercice de leur métier. Là, avec Thikra Mohammed Nader, c’est l’une d’entre eux qui a échappé de justesse à la mort qui se lève pour prendre la parole au nom de toutes ces ombres.

Journaliste depuis plus de 25 ans, Thikra Mohammed Nader s’est rapidement distinguée par son engagement en faveur du droit des femmes, mais aussi pour sa lutte contre la corruption, pour la justice et pour la sécurité. D’abord signature dans plusieurs journaux et magazines, son nom devient aussi un visage lorsqu’elle apparaît à la télévision notamment dans des émissions politiques. Ses interviews sans concession laissent des traces, elle devra braver la censure à plus d’une reprise.

Mais dès 2003, avec l’intervention américaine, le chaos s’installe dans son pays. Informer est devenu un danger, être journaliste, c’est devenir une cible. Thikra insiste : « La liberté avec laquelle je m’exprimais a fait de moi la proie de certaines organisations politiques et milices. » Les ennemis sont multiples… tous ont des raisons de vouloir faire taire la voix des journalistes insoumis.

Les menaces écrites puis téléphoniques obligent Thikra Mohammed Nader à changer souvent de médias, à déménager, à ne pas prendre le même trajet pour se déplacer. Une tension énorme. Sa sœur et ses deux enfants meurent dans un troublant accident de voiture en sortant de chez elle, elle-même échappe de justesse à un attentat. Elle résiste. Jusqu’à ce que ses assaillants visent ses enfants. Elle laisse son pays pour les mettre à l’abri. En novembre dernier, Thikra Mohammed Nader a déposé une demande d’asile en Suisse avec l’un de ses fils et ses deux filles.

Au moins 177 journalistes et collaborateurs des médias ont été tués en Irak depuis le début de la guerre, en mars 2003. C’est plus qu’en vingt ans de guerre au Viêt-nam ou que lors des conflits en ex-Yougoslavie ou en Algérie.

 

Lire le témoignage complet de Thikra Mohammed Nader en téléchargeant le fichier PDF:

top